Les cinq meilleurs moments de l’année 2018 pour la Vie et la Famille à l’ONU

By Stefano Gennarini, J.D. | December 28, 2018

NEW YORK, le 28 décembre (C-Fam) Il y a beaucoup de moments importants en 2018 pour la cause de la vie au niveau international, peut-être même des changements d’époque. Seule l’Histoire pourra le dire.

1. Le juge Anthony Kennedy quitte la Cour Suprême des États-Unis

Du fait de l’influence unique de la Cour Suprême des États-Unis partout dans le monde, la démission du juge Anthony Kennedy et son remplacement est l’évènement le plus important pour la cause pro-vie au niveau international. Roe contre Wadeest un exemple d’activisme judiciaire pro-avortement qui a inspiré des juges et des bureaucrates activistes partout dans le monde depuis des décennies. Pendant trente ans, Kennedy a maintenu ce précédent, contrecarrant la primauté du droit et causant la mort de millions de bébés à naître. La jurisprudence décousue de Kennedy a été citée dans des tribunaux du monde entier pour remettre en question des lois sur l’avortement et imposer le mariage homosexuel. Brett Kavanaugh ne peut qu’être un progrès.

2. Malgré la résistance intérieure, Trump entame une politique internationale pro-vie

Même si la cause pro-vie n’est toujours pas une priorité de la politique étrangère américaine pour l’administration Trump, comparée à la manière dont Obama avait fait de l’avortement une priorité de la diplomatie américaine, globalement, l’administration Trump a fait plus pour la cause pro-vie qu’aucune autre administration des Républicains. Combattant la résistance interne de fuiteurs, l’administration a lutté contre « la santé reproductive et sexuelle » dans les négociations internationales. Elle a connu beaucoup de succès, notamment au G7. Elle a retiré « les droits reproductifs » du rapport des États-Unis sur les droits de l’homme. Elle a contesté l’expression à l’Organisation Mondiale de la Santé, et aux négociations de l’ONU jusqu’à l’Assemblée générale des Nations-Unies. Malgré la défaite récente à l’Assemble Générale, il y a des éléments positifs sur lesquels bâtir.

3. Le Congrès argentin rejette l’avortement

Le Sénat argentin a choqué le monde en votant contre une proposition de loi visant à légaliser l’avortement dans le pays. Après que le référendum irlandais eut constitué la plus grande défaite démocratique de la cause pro-vie, il semblait qu’il y eût peu d’espoir pour la cause de la vie. L’influence du vote de l’Argentine sur le Brésil voisin, et dans toute l’Amérique Latine – une région qui conserve malgré tout de fortes protections pour les enfants à naître – est déjà sensible.

4. Des Africains rejettent l’avortement dans l’aide internationale.

Si la cause pro-vie doit gagner un jour, l’Afrique en sera un participant-clé, et ces évolutions politiques vont dans le bon sens. Les Africains se trouvent souvent devant un dilemme inextricable qui consiste soit à accepter l’aide d’agences internationales qui promeuvent l’avortement et le contrôle de la population, soit à refuser une aide étrangère dont ils ont le plus grand besoin. De plus en plus, ils sont prêts à dire non aux groupes d’aide internationale. Et il y a eu cette année des signes que les politiciens africains sont de plus en plus prêts à défier la clique internationale qui promeut l’avortement et le contrôle de la population, et cela pourrait devenir un enjeu politique gagnant à travers l’Afrique. Marie Stopes, le géant de l’avortement, a été interdit au Kenya et ses tromperies sont de plus en plus rendues publiques. Et le président tanzanien a même contesté la propagande de l’USAID sur le contrôle « volontaire » de population dans son pays.

5. Le Congrès des États-Unis promulgue une loi pour mettre fin à l’impunité des grandes entreprises technologiques pour la traite des personnes

C-Fam est fier de s’être associé avec des organismes de partout aux États-Unis pour soutenir une loi mettant fin à l’impunité d’entreprises d’Internet comme Google et Facebook, qui avaient des recettes provenant de publicités sur leurs réseaux en faveur de la traite des êtres humains. Le projet de loi qui force la grande technologie à faire elle même la police est passé malgré un combat vicieux de la part du lobby de la grande technologie. C-Fam est fier d’avoir soutenu les efforts qui ont fini par forcer ces sociétés de haute technologie à soutenir le texte jusqu’à ce qu’il fût adopté. La loi a déjà fait fermer des sites Internet qui tiraient profit du trafic d’enfants.