AU SUJET DE L’IMPÔT MONDIAL DE L’ONU

Le chef du PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) William Orme analyse le passage dans le Rapport sur le Développement humain 2011 qui propose une taxe mondiale. [en anglais]

Rapport sur le développement humain 2011 [en français] [en anglais]

Page 95 :

« Cet impôt peut être un simple prélèvement proportionnel sur les opérations de change individuelles évalué sur les courtiers de change puis recueilli par le biais de systèmes de compensation ou de règlement financier existants. Parce que l’infrastructure financière est maintenant en place, une taxe sur les transactions de change peut être mise en œuvre assez rapidement et facilement. »

Un nouveau rapport des Nations Unies sur l’humanitarisme dans lequel il est dit que la taxe mondiale a été débattue. [en anglais]

Page 11:

Les membres du comité ont exprimé des opinions différentes sur le rôle de la taxation pour récolter plus d’argent en faveur des aides humanitaires. Cependant, il fut largement admis que le monde a besoin d’adopter progressivement de nouveaux modèles de financement des biens publics mondiaux, comme l’aide humanitaire. Nous estimons que, dans notre monde interdépendant, il est essentiel de trouver de nouvelles façons de financer la solidarité qui ne se limite pas aux frontières nationales. Nous avons examiné la faisabilité politique, les coûts et les avantages d’une taxe sur les transactions financières (TTF) ou taxe Tobin, qui pourrait rapporter entre 25 et 34 milliards de dollars US par an en Europe. Elle a le potentiel pour servir les objectifs généraux de développement, y compris le financement de l’action humanitaire. Parallèlement, elle continue d’être l’objet de débats, et le comité reconnaît l’improbabilité d’un accord global sur la TTF dans un avenir proche. Nous voyons l’adoption de « prélèvements de solidarité » facultatifs – par exemple, comme c’est déjà le cas dans certains pays, sur les billets d’avion – comme une solution viable qui mérite davantage d’investissements et de développement. UNITAID finance ses recherches pour trouver de nouvelles façons de traiter, prévenir et diagnostiquer le paludisme, la tuberculose et le VIH / SIDA avec une taxe sur les billets d’avion. Comme cette ONG le souligne à juste titre, « rien qu’en prenant l’avion, les passagers contribuent à sauver des vies ; là le « voyage responsable » prend une tout autre ampleur ».

Le micro-prélèvement d’UNITAID sur les billets d’avion a rapporté 1,6 milliard d’euros entre 2006 et 2011 avec la participation de seulement dix pays, aidant ainsi à financer le traitement et le dépistage du VIH / SIDA, le paludisme et la tuberculose dans les pays à faible revenu. Nous conseillons aux gouvernements, lors du SHM à Istanbul, d’adopter ce brillant modèle de prélèvement de solidarité, permettant ainsi la création d’un flux régulier de revenus pour l’action humanitaire. Nous suggérons que des revenus supplémentaires provenant d’un prélèvement de solidarité sur les voyages aériens ou sur le carburant pourraient être utilisés pour soutenir la prestation de services de santé dans les camps et les zones urbaines d’hébergement des personnes déplacées. Assurer la bonne santé des migrants et réfugiés est un service public mondial qui mérite d’être pris en charge par une source de financement internationale.

Signer la Pétition

  • Nous, signataires, du monde entier, par la présente rejetons la taxe mondiale de l'ONU. Nous pensons qu’elle représente un danger pour la souveraineté nationale, un danger pour la transparence nécessaire de l'ONU, et un profond danger pour les enfants à naître et la famille. Nous appelons tous les responsables politiques à tous les niveaux à rejeter la taxe mondiale de l'ONU.
  • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

26697 Signataires

Les organismes de parrainage

805 3rd Avenue, Suite 1440
New York, NY 10022
(212) 754-5948

1730 Rhode Island Ave NW, Suite 212
Washington, DC 20036
(202) 393-7002